11/10/2017

Toute maladie vise à nous inciter à prendre soin de nous. Selon la partie de notre corps qui est affecté, le message est différent mais ultimement, c’est dans le fait de nous arrêter pour prendre soin de nous que réside la solution et la guérison. Par exemple, si j’ai de la difficulté à respirer, que je me sens toujours oppressée, qu’est-ce qui me met autant de pression, qui m’étouffe ? Que puis-je faire pour résoudre cette situation ? Suis-je capable de prendre ma place, de m’affirmer ? Suis-je capable de dire non et de refuser la pression externe ? Ou suis-je mon pire bourreau et que je m’oppresse moi-même en m’en demandant toujours davantage ?

04/10/2017

C’est un fait plus ou moins connu de tous, mais pourtant négligé : quand l’esprit est en souffrance prolongée, le corps développe des symptômes. Des symptômes différents d’un individu à l’autre, mais ayant tous cette même fonction de signal d’alarme. Ce sont les symptômes psychosomatiques. Il en va ainsi, bienheureusement. Ce mécanisme de protection, s’il est désagréable, n’en reste pas moins utile. En effet, un mal être d’ordre psychologique même léger, s’il se prolonge dans le temps, finira par s’amplifier et créer des dommages importants, pouvant aller jusqu’à favoriser l’émergence d’une maladie mentale.

12/09/2017

Certaines situations n’offrent aucune ouverture sur le dialogue. L’usage de la force peut alors s’imposer pour protéger la vie ou les droits de l’individu. Il se peut par exemple que l’une des parties refuse de communiquer ou que l’imminence du danger ne laisse pas le temps de dialoguer. Nous pouvons alors être contraints de recourir à la force. Le cas échéant, on distingue en Communication Non Violente l’usage protecteur de la force de l’usage répressif de la force.

05/09/2017

La colère est là comme une information pour nous rappeler que nous existons, que nous avons une identité et des valeurs importantes qu’il est important et essentiel de nourrir. Si nous nous oublions et laissons empiéter notre territoire, la colère est là pour nous aider à poser nos limites et à dire « non ».