La tricot-thérapie : 5 bienfaits du tricot sur la santé

Qu'on se le dise, nos grands-mères ne sont plus les seules à manier les aiguilles comme des pros. Propulsé au rang d'activité cosy et chic par excellence, le tricot a maintenant droit à ses propres blogs, comptes Instagram et se pratique en version XXL, avec aiguilles de 15 en bambou et pelotes en alpaga.

La bonne nouvelle ? En plus d'être tendance, le tricot a aussi pas mal de bienfaits pour la santé. Voici une petite liste qui pourrait bien vous convaincre de vous y mettre.

femme allongée tricotant

1- Le tricot rend heureux

D’après une étude menée en 2013 par la physiothérapeute britannique Betsan Corkhill et publiée dans le Journal of Occupational Therapy, le tricot a le pouvoir d’insuffler un peu de bonheur dans notre vie.

Sur les 3 545 tricoteurs interrogés, 81% ont ainsi affirmé se sentir plus heureux après une session et voient dans le tricot « une source de relaxation, de créativité et de soulagement du stress ».

Mais ce n’est pas tout. Selon Carrie Barron, professeure en psychiatrie à l’Université de Columbia, le tricot a des bienfaits similaires à la méditation.

Et finalement, c’est assez facile à comprendre. Lorsqu’on tricote, on se concentre sur le même geste encore et encore.

La répétition permet de faire travailler à la fois l’esprit et le corps et l’on entre donc dans un état de relaxation assez fort. Ne reste plus qu’à éteindre son téléphone pour un délassement total.



2- Le tricot met le stress K.O.

Vous êtes une grande anxieuse ? Peut-être le moment est-il venu d’investir dans une paire d’aiguilles et quelques pelotes toutes douces. Ann Futterman-Collier, psychologue en charge du Well Being Lab à l’Université d’Arizona, a eu l’idée d’étudier ce qu’elle appelle la « thérapie du textile ».

L’idée : examiner les bienfaits d’activités manuelles comme le tricot, le crochet et la couture sur la santé mentale. La psychologue a invité 60 femmes souffrant de différents niveaux de stress à prendre part aux activités manuelles qui les attiraient le plus. Pendant que leurs projets respectifs prenaient forme, les participantes devaient prendre des notes sur leur humeur. Leur fréquence cardiaque était également examinée pour déterminer exactement leur niveau de stress. Résultat ? Après plusieurs séances, les 60 femmes se sentaient toutes moins anxieuses et étaient même d’humeur plus positive (voir point 1). Ann Futterman-Collier conclut : « Les activités comme le tricot permettent de mettre ses problèmes de côté. Les gens oublient leurs soucis et se plongent dans quelque chose qui leur redonne de l’énergie, et cela mène vers une réparation du moral ».

Le médecin Barry Jacobs d