Dites que vous avez mal avant que le mal n’ait quelque chose à vous dire…

Quand nous sommes stressés ou angoissés, quand un événement dans notre vie nous met mal à l’aise, il est important de l’exprimer verbalement. Se confier à un professionnel ou à un proche évitera dans la plupart des cas, l’apparition de symptômes physiques petits ou grands, pouvant devenir très gênants alors même qu’ils auraient pu être évités par la seule force de la parole.

C’est un fait plus ou moins connu de tous, mais pourtant négligé : quand l’esprit est en souffrance prolongée, le corps développe des symptômes. Des symptômes différents d’un individu à l’autre, mais ayant tous cette même fonction de signal d’alarme. Ce sont les symptômes psychosomatiques.

Il en va ainsi, bienheureusement. Ce mécanisme de protection, s’il est désagréable, n’en reste pas moins utile. En effet, un mal être d’ordre psychologique même léger, s’il se prolonge dans le temps, finira par s’amplifier et créer des dommages importants, pouvant aller jusqu’à favoriser l’émergence d’une maladie mentale.


dessin visage spirales
Quand le cerveau tire le signal d’alarme

L’être humain, dans toute sa complexité, a donc développé ce mécanisme psychosomatique « d’alerte » afin de se protéger. Tout simplement. C’est pourquoi, il est conseillé d’exprimer, autant que possible, ce que l’on ressent. Cela permettra dans bien des cas d’éviter l’apparition de ces troubles physiques, des petits maux pas bien graves de prime abord, mais pouvant provoquer de réelles affections sur le long terme.

La science s’intéresse depuis longtemps à cette relation du corps et de l’esprit. Les connaissances dans ce domaine sont réelles et ne cessent de progresser. Elles mettent davantage en évidence, d’année en année, de découverte en découverte, les liens étroits entre la dimension émotionnelle de l’être humain et celle de la biologie du corps.

Quand on a conscience de cela, il n’est pas inutile d’apprendre à repérer ces mécanismes naturels. L’intérêt étant de parvenir à les déjouer, d’éviter ainsi des maux par le seul pouvoir de la parole. Pas de médicaments, pas de régimes alimentaires, non, aucune autre astreinte que celle de devoir verbaliser ses états d’âmes.

Simple ? Oui on peut le dire ainsi. Car le simple fait de mettre des mots sur un ressenti permet souvent d’en comprendre son origine, pour pouvoir ensuite y faire face et finalement de surmonter le problème. Partager ses angoisses, avec un proche de confiance, fait un bien fou. Évoquer le stress ressenti au travail, par exemple, avec un professionnel de santé permet d’en identifier l’origine et de mettre en place une stratégie d’évitement.

Facile ? Pas tant que ça en fait. Force est de constater que ce simple processus de verbalisation, n’est pas aussi facilement mis en oeuvre qu’il le devrait. Les raisons en sont multiples. Les conséquences aussi, le corps va irrémédiablement mettre en place son propre processus d’expression du mal être psychologique. Il dispose pour cela d’une multitude de possibilités. Ces symptômes psychosomatiques peuvent varier d’un individu à l’autre, le corps peut même changer de stratégie dans le temps, pour parvenir à alarmer, s’il ne réussit pas du premier coup.