Renaissance et force de vivre : petites astuces pour s’ouvrir en conscience au Printemps !

Le printemps est la saison qui symbolise la renaissance, le renouveau, l’impulsion et la puissance de vivre.

Elle donne à l’Etre, la force de s’exprimer dans toutes les directions et à travers toutes ses dimensions. Le printemps fait appel à notre courage de vivre. Ce même courage dont la petite graine a besoin pour fendre la terre humide de l’hiver et croitre vers la lumière. Nul ne sait ce à quoi cette graine est destinée, pas même elle, mais son courage est plus fort que sa méfiance et elle s’érige de toute sa hauteur pour gagner l’air frais et vivifiant du printemps.


Jeunes pousses de soja



A notre latitude, cette saison est capricieuse. Elle va du chaud au froid, du sec à l’humide et balaye de rafales de vent et de giboulées, le premières pousses à peine écloses. Il en faut de la force pour continuer d’avancer. Mais ce soleil qui monte au zénith, ces journées qui s’allongent sont d’un véritable réconfort pour nos corps hibernants.


La montée de sève qui accompagne toute la verticalité de la Nature, est tonifiante et indispensable au renouveau de notre Etre, mais elle peut s’accompagner de déséquilibres. En médecine traditionnelle chinoise, c’est le Foie qui est associé au printemps, l’organe du bois et siège du « Hun », l’âme céleste.


Mais pour insuffler cet élan de vivre, encore faut-il que notre Foie soit en bon état. Sur le plan physique, dès l’arrivée des températures douces (mi février cette année), on peut voir apparaître des éruptions cutanées en tout genre, des démangeaisons, des inflammations (sinus, oreilles, gorge, muqueuses en général), des douleurs variées, des brulures d’estomac, des allergies, des problèmes oculaires… Et sur un plan émotionnel, on peut se sentir irritable, colérique, impatient, agité voire déprimé, rencontrer des troubles du sommeil, se réveiller autour de 3 heures du matin ou aux aurores, faire des rêves agités.


Tous ces symptômes sont la manifestation d’une énergie du Foie en déséquilibre. Alors comment libérer les blocages et stagnations, pour profiter au mieux de cette renaissance de l’Etre ?



1. Du vert dans l’assiette, une bonne hydratation et une décoction de Baies de Goji


Soupe verte

Le Foie filtre notre Sang, duquel dépend en grande partie notre état de bonne santé physique, émotionnel et spirituel. Selon la tradition taôiste, il est dit que l’esprit a pour support notre sang et quand celui-ci cesse de circuler, alors l’esprit part vers de nouveaux horizons. D’un point de vue plus pragmatique, notre Foie stocke en permanence 20% du volume total du sang pour le nettoyer. Mais lorsque cette centrale d’épuration est surchargée, son travail devient pénible et l’énergie stagne dans le méridien du Foie, entrainant avec elle, maux de tête, règles douloureuses, boutons, baisse de libido, teint cireux, problèmes d’érection, réveil nocturne, blocages émotionnels etc.


La solution : se mettre au vert pour nettoyer le Foie et libérer les blocages qui lui sont liés. Le Foie aime la saveur acide et aigre, qui contribue à normaliser toutes ses fonctions, mais son excès l’endommage. Toutes les jeunes pousses vertes, les feuilles, les herbes fraiches comme les salades, les épinards, l’artichaut, le cresson, la mâche, le persil, le céleri avec ses feuilles, les poireaux sont une véritable cure de jouvence pour l’organisme. Laisser de côté les excès de sucre, les céréales blanches et les graisses saturées, accompagne cette démarche de nettoyage.

Nul besoin de rappeler que boire de l’eau de qualité est indispensable au bon fonctionnement de l’organisme. Dans une démarche de purification, préférez une eau faiblement minéralisée.


Remplacer le repas du soir par une soupe verte pendant quelques jours ou semaine permettra de mettre au repos les fonctions hépatiques, et ainsi de restaurer ce qui doit l’être. Par ailleurs, le sommeil s’en trouvera que meilleur.


Enfin, pour nourrir le Yin du Foie, préparez-vous une décoction de baies de Goji. Pour cela, faites tremper 15 grammes de baies de Goji pendant une heure, puis portez les à ébullition dans trois tasses d’eau, laissez frémir quelques instants, puis éteignez le feu et laissez infuser 30 minutes. Buvez la préparation au cours de la journée. Cette décoction équilibre l’excès de Yang du Foie, ce feu qui échauffe les muqueuses, et qui nous réveille en pleine nuit.



2. Prendre soin de son corps avec la lumière et la Nature


A cette période de l’année, tous les organismes vivants cherchent le soleil et l’énergie créatrice de la photosynthèse. Observez votre chat, qui dès les premiers beaux jours, va s’octroyer un bain de soleil, ces oiseaux qui déploient leurs ailes sous ses rayons. Toute la nature n’aspire qu’à se baigner de lumière.


Faites-en de même ! Mettez votre visage et vos mains au soleil dès que possible. Les soleils du début du printemps ne sont pas agressifs, néanmoins, il est préférable de prendre l’habitude de se baigner de lumière en fin d’après-midi ou dans la matinée. Cette lumière aidera le Foie à synthétiser la vitamine D, importante pour la jeunesse de la structure osseuse.


Par ailleurs, accordez à votre corps la guérison naturelle des forêts et des espaces non-urbanisés. La vie en ville est stressante pour l’organisme, en ce sens que nous ne sommes pas conçus pour vivre entourés de matières aussi froides et inertes que le béton, le goudron ou le métal des voitures. Nous avons besoin de vivant, de bois, de feuilles, d’air libre et vivifiant, de ruisseau. Alors sortez, ne serait-ce que pour s’asseoir sous un arbre dans un parc, et ressentir la fraicheur qu’il en émane.


Enfin, pour que la peau entre en communion avec la lumière, un nettoyage par le hammam ou le sauna, accompagné de gommage aux sels, permettra à la fonction Foie de votre peau, de se nourrir pleinement de la lumière du printemps. Mais n’oublions pas que la beauté de la peau passe par d’abord par un Foie sain.



3. Accueillir les émotions du printemps : colère, impatience, irritabilité et instabilité émotionnelle


L’énergie du Foie supporte mal le confinement ou la répression. Naît de son ascension, un irrépressible besoin d’espace, de liberté, de voyage et de grand air. Seulement, la routine quotidienne et les responsabilités sont autant de contraintes qui peuvent créer en nous, une colère, une impatience voire une déprime.


Champs de bleuets et coquelicots

Cette énergie du Bois qui est propre au printemps demande naturellement a se déployer, à étendre nos ramification vers de nouveaux horizons. Cette tendance parfaitement naturelle reste souvent inassouvie et rend irritable et nerveux.


Tous les blocages émotionnels liés à la colère, qu’ils soient karmiques, de naissance ou récents, refont surface à cette période de l’année. Prendre le temps d’accueillir cette émotion et d’en guérir la blessure première revient à se faire un merveilleux cadeau, celui de se délester d’une charge pesante. La colère peut aussi être transmutée en énergie créatrice, si elle est transformée en énergie positive. Elle donne de l’impulsion à un nouveau départ et le ras-le-bol à sa source, nous permet de sortir de nos zones de confort et le printemps aime ça !


A l’inverse, lorsque l’énergie printanière est équilibrée, les émotions positives qui lui sont associées sont : la créativité, l’optimisme, le désir de grandir et de se développer, le sens de l’aventure, la patience, la gentillesse, la sociabilité.



4. Que faire pour rester stable et détendu pendant cette période ? En un mot : l’enracinement !