Ecouter le ronron du chat, un traitement au poil!

ONDES POSITIVES. Grâce à son ronronnement, un chat peut nous aider à guérir nos états émotionnels et même physiques : il nous apaise, nous déstresse, soigne nos insomnies et chasse nos idées noires !

Un vrai thérapeute pour tous à la maison.


chat roux qui se fait carresser


Ronronthérapie : l’expression peut paraître… ronronnante, et pourtant, c’est très sérieux. Vétérinaire à Toulouse, Jean-Yves Gauchet a développé en France cette méthode afin d’aider les stressés, les insomniaques et les anxieux.


Basses fréquences bénéfiques

Jean-Yves Gauchet a découvert le pouvoir du ronronnement du chat un peu par hasard, voici dix ans, en lisant une étude de l’association Animal Voice, qui démontrait que le chat se remet plus vite que le chien de séquelles laissées par des fractures ou des lésions, et qu’il résisterait mieux aux situations dangereuses grâce au ronronnement qu’il émet. Pour vérifier les effets de ce doux bruit sur l’homme, le médecin l’a testé auprès de 250 personnes. Toutes ont déclaré s’être senties plus détendues et s’être endormies plus vite qu’en temps normal.


« Quand l’organisme lutte contre des situations pénibles, comme le stress, le ronronnement du chat, qui vient du larynx, émet des vibrations sonores apaisantes et bienfaisantes, amplifiées par sa cage thoracique, un peu comme le fonctionnement d’un violoncelle avec sa caisse de résonance, explique-t-il. Le ronron émet des fréquences sonores basses, comprises entre 20 et 50 hertz, l’homme les perçoit par son tympan mais aussi par les corpuscules de Pacini, des terminaisons nerveuses situées au ras de la peau qui transmettent des messages de bien-être, de détente et de relaxation à notre cerveau. Écouter le ronron du chat entraîne une production de sérotonine, l’hormone du bonheur, impliquée dans la qualité de notre sommeil et de notre humeur. Il agit comme un médicament antistress sans effet secondaire. »


Effets multiples

Les basses fréquences dont il est ici question sont bien connues. Elles sont utilisées par les compositeurs de musique de films pour créer des émotions, mais aussi par les kinés, les orthopédistes, et en médecine du sport pour réparer les os brisés, et les muscles lésés, consolider les fractures et accélérer la cicatrisation.

« À fracture égale, le chat se rétablit trois fois plus vite que tout autre animal », assure la journaliste Véronique Aiache. Spécialiste des sujets de santé et auteur de « La ronronthérapie » (édtions Guy Trédaniel, 2009), elle confirme que le ronronnement du chat est un « puissant antistress », mais aussi qu'il « régule la tension artérielle, renforce les défenses immunitaires et est un soutien psychomoteur ». Des dires fondés notamment sur les résultats d’une étude menée dans les années 1950 par le corps médical américain.


Contre les allergies